Aller au contenu

Souvenirs bambou

  • Rémi 
  • 3 min read

Avez vous le souvenir du fond de votre enfance d’un jardin où vous vous sentiez protégés ? Heureux ? Dans un monde à part ?

Un jardin ou l’enfance gardait sa suprématie ? Ou les lumières, les parfums, les couleurs sont restés un souvenir impérissables dans votre mémoire ?

Voici le jardin de Juliette, une Grand mère cœur de bambou où malgré le temps, tout est resté intact et lumineux dans le récit d’un souvenir bambou.

Voilà la nouvelle chanson, bercée par un orchestre symphonique aux notes intemporelles jouées avec brio par Rémi Corot qui nous font voyager dans le jardin de Juliette. Un très beau texte de Corynn Thymeur qui a su retranscrire avec justesse et émotion les souvenirs de son aïeule, reprise avec gaité, par Emmanuel, 7 ans, et sa petite voix sucrée.

Paroles

Paroles : Corynn Thymeur
Musique : Rémi Corot

On allait dans l’jardin de Juliette
Passant sous les figuiers sucrés
Se faufilant sous les branchettes
Entre les troncs fins des palmiers
Et puis du bambou

On entrait dans l’jardin de Juliette
Traversait une forêt vierge
Où il n’y avait pas de violette
Ni d’Amazone aux longues berges
Mais plein de bambou

Dans un coin du jardin de Juliette
Ça sentait bon le chèvrefeuille
Celui courant sur la murette
Embaumant même le cerfeuil
Aussi le bambou

Sur la pierre du jardin de Juliette
Trônaient la table en fer forgé
Le pot à sucre et les pincettes
Et la grosse théière gorgée
Peinte de bambou

Les chaises du jardin de Juliette
Étaient couvertes de coussins verts
De vieux bouquins, de devinettes
De rires d’enfants aux cœurs ouverts
D’morceaux de bambou

Tout au fond du jardin de Juliette
S’était posée la maison basse
Deux petites portes, une fenêtre
Et le soleil qui tout embrasse
Même le bambou

La maison du jardin de Juliette
Était un chai Oléronais
Datant de l’époque des cueillettes
Quand l’île vivait bien isolée
Oui mais sans bambou

Puis un jour est morte ma Juliette
Ils ont vendu son beau jardin
Arraché les arbres, la murette
Pour y installer du parpaing
Adieu le bambou

Quand je pense au jardin de Juliette
Mes souvenirs sont des messages
Et j’aime garder dans ma tête
La maison au jardin sauvage
Jardin de bambou

Plus d’âme dans le jardin de Juliette
Fut abandonnée la maison
Vendue à un ami peut-être
Qui replanta tout à foison
Devant du bambou

Tout au fond du jardin de Juliette
Passant sous les figuiers sucrés
De vieux bouquins, de devinettes
Et la grosse théière gorgée
Et puis du bambou

Ecouter sur Apple Music
Apple Music
Acheter sur iTunes Store
iTunes Store
Ecouter sur Spotify
Spotify
Ecouter sur Deezer
Deezer
close

Ne manquez pas une occasion

Soyez le premier à savoir quand sortira mon prochain titre sur iTunes et Spotify !

Nous ne spammons pas !

Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 commentaire(s)

  1. Retour de ping : Une rose pour Juliette – Rémi Corot Musicien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

nv-author-image

Rémi Corot

Né en 1975 dans le Nord, Rémi Corot a commencé la musique à l’âge de 7 ans. Il a suivi un cursus classique au conservatoire de Lille où il a appris la flûte traversière. Il s’est ensuite mis au piano et à la basse en autodidacte pour interpréter ses propres créations dès l’âge de 15 ans. Il a suivi une formation d’ingénieur du son à la S.A.E, et pratique en parallèle différents instruments celtiques (veuze, bombarde, flûtes…). Depuis 2013, il met en musique et produit à domicile des textes écrits, entre autres, par son épouse, l’écrivain et parolière Virginie Corot. Au travers de ses créations, il se plait à explorer divers styles, de la pop au rock, en passant par la musique celtique. Ses inspirations musicales sont Goldman, Calogero, Pink Floyd, Scorpions ou encore Jean Michel Jarre dont il s’inspire pour créer des instrumentaux électro.

Haut